Mourir partir revenir. Le jeu des hirondelles

20,30

“Tant qu’on est dans l’entrée, rien ne peut nous arriver !”

Le Davanh zoom :
Beyrouth. 1984. Période de Guerre Civile où la capitale est divisée entre l’ouest et l’est. L’autrice libanaise ne raconte pas vraiment le conflit, il apparaît ici comme une toile de fond. Elle décrit une soirée dans l’appartement où elle vivait avec ses parents et son petit frère lorsqu’elle était enfant. Ses parents sont partis rendre visite à la grand-mère et sont bloqués chez elle pendant que la ville est assaillie de bombardements.
L’histoire se déroule quasiment en huis clos dans l’entrée de cet appartement censée être la pièce la plus à l’abri de l’immeuble. Dans l’attente angoissante du retour des parents, les voisins défilent, se réfugient et se soutiennent. Ils partagent des moments de leur vie, leurs craintes, leurs plans de fuite. Malgré le contexte, la lecture est assez légère grâce à des jolies anecdotes mais surtout parce que l’histoire est racontée avec le prisme de l’enfance.
Les dessins en noir et blanc sont magnifiquement contrastés, le noir est intense et profond et participe à l’immersion dans le récit.
Graphiquement, l’autrice joue sur la répétition, la symétrie et la géométrie et donne à cette BD des allures de conte.

BON PLAN   〉 5€ de réduction sur un tote bag pour l’achat de cette BD    〉DÉCOUVRIR

Catégorie :

Informations complémentaires

Poids 0.650 kg
Dimensions 24 x 16 cm
Nombre de pages

192

Autrice

Zeina Abirached

Editeur

Cambourakis

Date de parution

Octobre 2007